Conferinţe, declaraţii, briefinguri

Declarația ministrului Teodor Meleșcanu la Conferința „Modelul cultural francofon al României centenare”, dedicată marcării a 25 de ani de francofonie instituțională în România

Vorbitor: 
Teodor Meleșcanu, ministrul afacerilor externe
Data: 
21.03.2018
Eveniment: 
Ziua Internațională a Francofoniei

 

Monsieur le Conseiller Présidentiel,
Mesdames et Monsieurs les Parlementaires,
Madame la Directrice du BRECO,
Monsieur le Président de l’AUF,
Monsieur le Directeur régional de l’AUF,
Excellences,
Mesdames et Monsieurs,

Je suis ravi de célébrer avec vous, nos partenaires francophones, 25 ans depuis que la Roumanie ait adhéré au Mouvement francophone, devenue en 1997 l’Organisation Internationale de la Francophonie.

Je me souviens bien de cet événement. L'adhésion à la Francophonie était le premier acte de la réintégration de la Roumanie dans les organisations et mouvements auxquelles la Roumanie aspirait d’appartenir. Ce moment est devenu symbolique, car pendant les 15 ans suivants la Roumanie a retrouvé sa place naturelle dans le Conseil de l’Europe, le Partenariat pour la Paix de l’OTAN, l’OTAN et l’Union Européenne.

Ce n’est pas par hasard que le parcours de la Roumanie vers l’intégration dans les structures auxquelles nous appartenons aujourd’hui ait commencé avec la Francophonie. En effet, les valeurs de la francophonie, la langue française et la culture francophone ont accompagné l’histoire de la Roumanie depuis longtemps. Pendant le XIXème siècle les élites roumaines politiques, économiques et culturelles faisaient leurs études à Paris et nourrissaient des liaisons étroites avec leurs homologues de partout dans le monde dans la Cité des Lumières.

En 1859, l’unité des deux principautés roumaines, la Moldavie et la Valachie, s’est achevé- avec l’appui de l’empereur français, Napoléon III. L’unité de la Roumanie avec ses autres territoires, après la Conférence de Paris, s’est accomplie, elle aussi, avec l’appui des élites de France.

Entre les deux guerres mondiales du siècle précédent, l’influence de la France et de l’espace francophone dans la construction des institutions roumaines, dans la culture et les beaux-arts roumains a été primordiale. Il faut toujours mentionner les sources latines communes que le française et le roumain partagent.

La francophonie est, donc, pour nous, une connexion avec nos ancêtres ainsi qu’une une façon de vivre. Elle est dans notre ADN. C’est pourquoi ce quart de siècle de francophonie institutionnalisée en Roumanie a été rempli de succès et riche en accomplissements. Permetez-moi de donner quelques exemples, qui vous sont certainement connus: le Sommet de Bucarest en 2006, qui a adopté le Vadémécum relatif à l’usage de la langue française dans les organisations internationales; 700 bourses Eugen Ionescu accordés au doctorants et chercheurs postdoctoral aux universités roumaines depuis 2007; une antenne régionale de l’OIF, suivie par le Bureau régional de la Francophonie établis à Bucarest; plus de 6000 formations en langue française pour les diplomates et fonctionnaires publics depuis 2004; une grandiose Conférence des femmes francophones organisée à Bucarest, qui a lancé l’Appel de Bucarest, la base de la Stratégie de l’OIF pour l’égalité femme-homme, qui sera adoptée plus tard cette année, à l'occasion du sommet d' Erevan. Pour célébrer notre attachement à la francophonie, la Place Léopold Sedar Sénghor a été établie à Bucarest.

Dans l’histoire récente il y a une désignation assignée à la Roumanie qui a fait énormément plaisir aux Roumains: le Secrétaire Général de l’OIF, M. Abdoul Diouf a déclaré la Roumanie état-phare de la francophonie en région. Nous continuons à croire aux valeurs de la francophonie et en sa pérennité. La Roumanie est fière d’être un pays francophone et a l’intention de continuer la tradition francophone.

Notre réunion est beaucoup plus qu'une occasion de célébrer et faire la fête. Je suis convaincu qu'elle sera un point de départ pour une réflexion plus large sur le futur de la francophonie et le rôle de la Roumanie en continuant à contribuer au rayonnement de la culture d’expression française.

L’anniversaire d’un quart de siècle de francophonie institutionnalisée est aussi une occasion de remercier nos partenaires. Les efforts de la Roumanie de faire rayonner les valeurs francophones dans la région ont été fortement encouragés par BRECO. La Conférence des femmes francophones ou le Réseau des femmes francophones entrepreneurs sont les exemples les plus récents. Nous remercions sincèrement Madame la directrice régionale Rennie Yotova et son équipe.

L’Agence Universitaire de la Francophonie (l’AUF) et son bureau régional nous aident, depuis 2007, à gérer les bourses Eugen Ionescu. Cette année notre tâche a été particulièrement difficile de sélectionner, parmi les plus de 500 candidats, les 80 qui reçoivent les bourses de recherche. Nous remercions Monsieur le directeur régional Mohamed Ketata et son équipe formidable.

L’Institut Français a été un extraordinaire coordinateur technique pour nos programmes annuels de formation linguistique et professionnelle jusqu’à cette année. Tout de même, la Délégation Wallonie-Bruxelles a organisé pendant des années, les séminaires techniques pour les diplomates et fonctionnaires publics roumains, avec l’Institut d’Etudes Européennes de l’Université Libre de Bruxelles. Nous leurs sommes á tous très reconnaissants.

Nous sommes sûres que l’Institut National d’Administration qui a pris le relai du pilotage technique de nos programmes de formation en français pour l’administration roumaine sera à la hauteur de cette tâche.

Un grand atout pour la Roumanie francophone a été l’activité soutenue du Groupe des Ambassades, Délégations et Instituts à Bucarest (GADIF), présidé par l'Ambassadeur du Liban. Je veux exprimer mes félicitations les plus sincères.

Cette année, le moto de nos célébrations est "la langue française: notre trait d'union pour agir". En effet, la francophonie politique a gagné du poids pendant les dernières années. L'OIF a développé, de plus en plus, de forums politiques et de mécanismes pour promouvoir la paix et la sécurité dans l'espace francophone et autour du monde.

La future Présidence roumaine du Conseil de l'Union Européenne représente aussi une opportunité pour l'espace francophone. Aussi comptons-nous sur la solidarité et l'appui des pays francophones pour notre candidature à un siège de membre non-permanent du Conseil de Sécurité, 2020-2021.

Merci de nous avoir rejoints pour fêter les 25 ans de francophonie et un siècle d'unité et de modernité en Roumanie.